11 July, 2013

Des quartiers durables pour le Luxembourg?

This post is based on talk given on the occasion of the first "Policy lab" that was organised jointly by CIPU - the National Cell for Information on Urban Policy in Luxembourg and the European Urban Knowledge Network (EUKN), on the 25th July 2013 in Luxembourg-City. The idea behind this intervention was to frame the issue of sustainable urban districts in the wider context of both sustainable development and the associated critical analysis of current building and planning policies (exact order!) in the Grand Duchy. Apologies for bringing this in French, an English version might be available at a later stage. And thanks to Tom Becker for supervising the French edition of the manuscript.
Markus Hesse

Développement urbain et développement durable au Luxembourg – cadre conceptuel et questions

Le but de cette introduction est de «cadrer» le sujet de notre ‘policy lab’ d'aujourd'hui: le quartier urbain durable. Ce sera fait à la fois du point de vue des études urbaines notamment en ce qui concerne les lignes générales et les discours sur le développement urbain, et du point de vue d'un praticien, en présentant une étude de cas du Luxembourg après.
Ce que je vais faire maintenant, représentant l'Université de Luxembourg - comme l'un des 7 partenaires de CIPU -, est de commenter sur la question des quartiers urbains durables, tout en se basant sur notre propre expérience de recherche. Le sujet d'aujourd'hui s'inscrit parfaitement dans nos activités de recherche passées et à venir. Plus particulièrement, au laboratoire de géographie et de l’aménagement du territoire de l’UL, nous venons de terminer une étude de trois ans sur les politiques d'aménagement du territoire durable, menées au Grand-Duché (appelé SUSTAINLUX). Nous allons continuer cette piste de recherche avec un nouveau projet sur les pratiques de gouvernance régionale, en comparaison avec la région « Glattalstadt  » au nord de Zurich, en Suisse. En outre, mon collègue Christian Schulz est sur le point de lancer un projet de recherche sur la « Green Regio ». Ce projet vise à analyser le rôle des régions en tant que gestionnaires stratégiques potentiels des transitions de la durabilité. Il cherche à retracer comment les innovations vertes et le changement technologique dans la construction écologique se développent au fil du temps dans certaines villes, dont Vancouver (Canada), Brisbane (Australie), Freiburg (Allemagne) et la Ville de Luxembourg. Ces trois projets sont financés par le Fonds National de la Recherche (FNR), Luxembourg. Il est également intéressant de noter que le développement durable est l'un des corridors stratégiques de l’Université dans le prochain plan de recherche qui va de 2014 à 2017.
Dans ce contexte, l'objectif de ma contribution est de construire un pont entre les aspects plus généraux de développement urbain et son application actuelle et future au Luxembourg. Plus particulièrement, je tiens à situer le sujet des quartiers urbains durables dans le domaine plus large des politiques urbaines, et dans le contexte assez spécifique de la planification au Luxembourg.
Pour ce faire, je vais rapidement souligner trois points:
-       Le contexte du développement durable dans les villes et le développement urbain, ou, mieux, le processus d'urbanisation;
-       La manière dont nous voyons les quartiers durables comme noyés dans précédentes discours et liées à d'autres échelles spatiales;
-       Ses significations pour le réglage plutôt distinct de la planification urbaine et de l’aménagement du territoire au Luxembourg, et les leçons à tirer de ce débat.

Mon premier point
Ce que nous observons depuis un certain temps dans les discours urbains est un changement exceptionnel d'une perception qui voit les villes comme un problème (pour l'environnement, comme un espace de vie, en ce qui concerne la communauté) vers une appréciation générale des zones urbaines et de la vie urbaine. Ce changement majeur dans la perception du public a certainement à voir avec une amélioration des conditions de vivre, par à la désindustrialisation en un seul endroit (alors que ce n'est pas exactement clair ce qui se passe dans ces endroits où l'industrie a été déplacée). Toutefois, les choses ont beaucoup changé. Cette perception a été également exprimée dans la rénovation de logements dans les grands centres urbains, ce qui a déjà été inventé par certains observateurs comme une «renaissance urbaine»/ce que certains observateurs ont déjà appelé « renaissance urbaine ». Ce débat s'est accéléré en 2007, une fois qu'il a été révélé que la majorité de la population mondiale vivra dans les villes plutôt que les campagnes. Ce phénomène a des collègues déjà en parlant de l'urbanisation comme étant «planétaire», ou, si vous voulez, inévitable.
Ces évolutions ont souvent été associées à la durabilité en soi. Les villes sont bonnes, les villes sont vertes, et cor même les bâtiments, et il y a un consensus dans la société sur la façon d'atteindre ces objectifs. Cependant, il y a quelques pièges dans cette ligne de pensée: d'abord, il y a toujours une différence frappante entre le vert et le durable. Dès que la durabilité doit être atteinte, le diable est dans les détails, en particulier en ce qui concerne l'équilibre entre les différentes dimensions environnementales, sociales et économiques du développement durable. Voulons-nous préserver l'espace ouvert, ou fournir plus de logements, et si oui: pour qui et où? Deuxièmement, il y a encore peu de preuves empiriques sur la façon de transformer les idées en pratique de travail pour produire les effets désirés. Juste pour vous donner un exemple, en ce qui concerne la façon de traiter les effets de chaleur urbain dans les scénarios de changement climatique: est-il préférable de concentrer les habitants des villes très densément, ou faudrait-il plutôt chercher un optimum entre l'espace ouvert et l’espace bâti? Ou, pour vous donner un autre exemple, comment les solutions durables peuvent-elles être mises à la disposition de toute la société, et non pas seulement pour la classe moyenne et les riches? Troisièmement, le développement durable remet en question la capacité des institutions pour obtenir ce processus correctement gouverné. Tant que les «règles du marché», la puissance sera inégalement répartie. La durabilité n'est plus du domaine des agents publics, notamment des communes et des États, mais est également devenu un champ d'action stratégique pour les entreprises. Les grandes entreprises comme Siemens ou IBM ont ouvert départements spécialisés afin de proposer des idées spécifiques pour le domaine urbain.
Last but not least, en tant que géographe, il faut être très soigneux vis-à- vis les relations de causalité établies entre la société et l'espace, particulièrement lorsqu'il s'agit de l'échelle des quartiers. Les mobilités dans leur forme la plus générique (en ce qui concerne l'information et la communication, le commerce et les voyages, un mode de vie très mobile, si vous voulez) ont contribué à une certaine déconnexion entre les gens et le lieu d'évoluer. En conséquence, le comportement des gens est beaucoup moins déterminé par les attributs territoriaux qu'elle ne l'était avant. Cela peut délimiter ces approches qui sont principalement en fonction du lieu.

Mon deuxième point
Ce sont des défis majeurs. Pourtant, il y a de bonnes raisons de passer à autre chose, de regarder vers l’extérieur pour les concepts de travail et d'aller pour la mise en œuvre. C'est pourquoi nous sommes ici aujourd'hui. Toutefois, il pourrait être sage de ne pas exclure cettes conditions et les discours de cadre systématique du débat, mais de les aborder activement.
C'est pourquoi je suis en train d'intégrer la question des quartiers durables dans le contexte de la politique urbaine. Pour des raisons d’illustrations, j'ai développé un petit graphique montrant ces différentes conditions-cadres et les interrelations (Figure 1). Il y a en fait deux points de départ pour notre débat sur les quartiers durables: l'un est le détail même de la création de bâtiments verts, c'est à dire mettre l'accent sur l'énergie, les ressources, l'architecture et l'élaboration d'un ensemble de critères pour l'évaluation (certification). L'autre est le discours en cours et le leitmotiv du développement urbain: Où voulons-nous aller avec nos villes? Quelle est notre ligne directrice des programmes, si nous en avons un? Est-il la ville compacte, ou la ville compétitive (ca n‘est pas la même chose …). Comment répondre aux défis actuels et futurs? Je suppose que vous pouvez convenir que le quartier durable ne peut pas et ne doit pas être isolé de ces questions.

Figure 1 : Schéma conceptuel

L'autre problème est celui de l'échelle. Cela fait suite au fort enracinement de toute question urbaine dans des circonstances socio-économiques et politiques plus larges. Ce n'est pas une coïncidence si un discours urbain très populaire met actuellement l'accent sur la «ville juste», prétendant à une répartition plus équitable des services et des ressources. Cela implique de prendre en compte l'économie politique d'une situation donnée, l'évolution de la société, la sensibilisation du public, et une fois de plus le pouvoir des institutions pour faire face à ces problèmes correctement.
Outre ces conditions-cadres globales, il y a le micro-niveau. C'est peut-être la destination finale de toute politique de la durabilité: contribuer à des changements de comportement de l'individuel (comme les personnes, les ménages, les familles, les entreprises, les associations) et chercher des impacts plus larges pour influencer l’évolution de ces changements. Tous les plans, mesures et instruments devront être efficaces dans ce domaine particulier, afin de faire en sorte que la durabilité devienne partie intégrante de la réalité. Peut-être qu'il est plus important de garder à l'esprit ces deux liens particuliers entre les quartiers durables, diverses échelles spatiales et le niveau des comportements individuels.

Mon troisième point
Quelles sont les caractéristiques spécifiques qui doivent être pris en compte quant au développement et à la planification au Luxembourg ? Pour le dire très brièvement, il y a quelques spécificités qui font du Grand-Duché, de sa récente trajectoire de développement et de la façon dont les institutions sont utilisées pour répondre à ces défis, un cas plutôt spécial (Figure 2).

Figure 2: Le cas du Luxembourg

Les spécificités sont particulièrement :
-   La taille relativement petite de la population et du territoire, tant en ce qui concerne le pays et la majorité de ses villes;
-     L'extraordinaire trajectoire de croissance des trois dernières décennies, en exerçant une forte pression sur les ressources et les infrastructures;
-     Le rôle disproportionnellement important du Luxembourg comme un centre du secteur bancaire et du marché du travail transfrontalier et international;
-     Des problèmes aigus en matière de logement et une organisation durable de la mobilité. L’accès à la propriété et les prix de l'immobilier semblent être les aspects les plus problématiques;
-     Une jeune tradition de planification urbaine et régionale, exécutée par un État fort et des communes autonomes, guidées par une stratégie intégrative, des grands projets d’urbanisme, et concrètement le développement durable. En outre, il y a un degré d'acceptation par le public généralement faible : Pour certains, planifier l'intervention est trop forte, pour d'autres, il semble trop faible;
-     Il y a cependant des signes d'intérêt assez vitaux  et une augmentation du nombre de pratiques concrètes concernant les quartiers urbains durables (par exemple en ce qui concerne la nouvelle « Cité des Sciences » à Esch-Belval, ou le cas de Dudelange qui vous sera présenté plus en détail dans quelques instants).

Mes conclusions
Le développement durable représente un défi majeur pour le développement urbain et  territorial au Luxembourg – mais c'est exactement pourquoi nous le voyons comme un principe directeur très approprié pour la planification et le développement futur. Cependant, quand définir les voies durables plus concrètement, nous proposons  de refléchir également sur les conditions-cadre et le contexte, d’intégrer la recherche sur les  quartiers durables dans le cadre général de la politique et de la planification urbaine, et d'être sensible au fait que les politiques urbaines des différentes échelles spatiales sont intégrées - notamment en ce qui concerne les défis spécifiques très courants au Luxembourg.

No comments:

Post a Comment